Festivals Elektricpark et Disco Park

13/11/2017

Documentation de l’impact sonore pour les festivaliers et le voisinage

Les 8 et 9 Septembre 2017 se sont tenus sur l’Île des Impressionnistes à Chatou (78) deux festivals : la soirée Disco Park le vendredi 8 septembre entre 20h et 23h et le festival Elektricpark (nouveau nom donné à l’Inox Park) le samedi 9 septembre entre 11h et 24h.

A l’heure où la réglementation sur les lieux musicaux est en passe de connaître une forte évolution (suite au décret publié le 7 août 2017), notamment avec l’entrée des festivals dans son champ d’application, Bruitparif a souhaité documenter l’impact sonore actuel de tels festivals que ce soit en matière d’exposition du public que d’émergence pour le voisinage.

Les moyens de documentation mis en œuvre ont plus particulièrement porté sur le festival Electricpark, du fait de l’envergure de ce festival qui rassemble chaque année près de 11 000 festivaliers et accueille, sur cinq scènes, les prestations d’une sélection de DJ’s parmi les plus connus au monde. Pour ce faire, trois festivaliers ont été équipés de dosimètres afin d’évaluer leur exposition sonore tout au long de leur durée de présence au sein du festival.

Trois stations de mesures temporaires ont par ailleurs été installées sur les communes de Chatou et de Rueil-Malmaison, afin d’évaluer l’impact pour le voisinage.

Plan de situation avec localisation des secteurs de mesure

L’étude a permis de fournir des éléments objectifs de description de l’impact sonore des deux festivals et s’est attachée à mettre en regard les niveaux mesurés avec les exigences de la nouvelle réglementation qui entrera en vigueur au plus tard au 1er octobre 2018.

Les constats suivants ont pu être dressés pour le festival Elektricpark qui s’est déroulé le samedi 9 septembre 2017 de 11h à minuit.

Exposition sonore des festivaliers :

Les résultats des mesures individuelles d’exposition sonore ont mis en évidence les éléments suivants :

Impact sonore pour le voisinage :

Les émergences occasionnées par la diffusion de sons amplifiés lors du festival Elektricpark ont atteintes sur la durée de l’événement des valeurs comprises entre 7,8 et 14,6 dB(A) et entre 11,8 et 26,2 dB(C), selon les sites.

Les niveaux sonores moyens équivalents observés pendant la durée du festival Elecktricpark ont été plus importants sur le site Tilleuls à Chatou que sur le site Bellerive à Rueil-Malmaison (niveaux moyens autour de 78 dB(A) sur le site Tilleuls contre 71 dB(A) sur le site Bellerive), en raison de sa distance plus faible du lieu de l’événement (150 m contre 250 m). Toutefois, les émergences sur le site Bellerive à Rueil-Malmaison (valeurs de 14,6 en dB(A) et de 26,2 en dB(C)) sont plus élevées que sur le site Tilleuls à Chatou (où elles sont de 11,4 en dB(A) et de 18,1 en dB(C)). Ceci s’explique par un bruit résiduel lié à la circulation routière plus important sur le site Tilleuls que sur le site Bellerive en temps habituel.

Le site Stade à Rueil-Malmaison a été quant à lui relativement moins impacté par les nuisances sonores du festival en raison de son éloignement plus important par rapport au site (450 m). Le niveau moyen sur la durée du festival y a été de 57 dB(A) et les émergences ont été sensiblement réduites (7,8 en dB(A) et 11,8 en dB(C)) par rapport aux deux autres sites. Elles restent néanmoins significatives.

Les émergences globales induites par le festival Elektricpark dépassent largement les émergences maximales réglementaires fixées par le décret n°2006-1099 relatif à la lutte contre les bruits de voisinage. Bien que celles-ci ne puissent être considérées comme réglementaires, les mesures ayant été réalisées à l’extérieur des logements, les émergences spectrales observées dépassent également de beaucoup les limites réglementaires, et ce pour toutes les octaves allant de 125 Hz à 1 kHz.

Concernant le festival Disco Park qui s’est déroulé le vendredi 8 septembre 2017 de 20h à 23h, l’impact sonore pour le voisinage a été beaucoup plus modéré.

L’émergence la plus importante en niveau global pondéré A atteint 1,2 dB(A) sur le site Tilleuls à Chatou. L’émergence la plus importante en niveau global pondéré C (prenant mieux en compte les basses fréquences) atteint 6,7 dB(C) sur le site Bellerive à Rueil-Malmaison. De par son éloignement plus important, le site Stade à Rueil-Malmaison a été peu impacté. Les émergences globales en dB(A) sont restées inférieures aux limites réglementaires.

Cette analyse devrait être utile aux différents acteurs (organisateurs du festival, partenaires de l’opération de sensibilisation, collectivités territoriales) pour appréhender la situation et élaborer un dispositif de gestion sonore pour les éditions à venir qui puisse permettre de respecter les nouvelles dispositions de la réglementation portant sur les lieux diffusant des sons amplifiés.

Rappel sur les futures dispositions réglementaires pour les festivals :

Protection du public des festivals :

Valeurs limites de niveaux sonores en tout point accessible au public :

- 102 dB(A) en niveau sonore équivalent glissant sur 15 minutes,

- 118 dB(C) en niveau sonore équivalent glissant sur 15 minutes.

De nouvelles obligations apparaîtront également en matière d’information et de prévention du public. Il deviendra ainsi obligatoire :

- d’afficher en continu les niveaux sonores auxquels le public est exposé,

- d’informer le public sur les risques auditifs,

- de mettre à disposition à titre gratuit des protections auditives

- de créer des zones de repos auditif dans lesquelles le niveau sonore d’excédera pas 80 dB(A).

Il sera aussi nécessaire d’établir en amont une étude d’impact sur les nuisances sonores du festival prenant en compte les différentes configurations possibles d’aménagement du ou des systèmes de diffusion des sons amplifiés.

Protection du voisinage des festivals :

Respect des critères d’émergence globale de 5 décibels A en période diurne (de 7 heures à 22 heures) et de 3 dB (A) en période nocturne (de 22 heures à 7 heures), valeurs auxquelles s’ajoute un terme correctif en dB (A), fonction de la durée cumulée d’apparition du bruit particulier :

Par ailleurs, l’atteinte à la tranquillité du voisinage pourra être également caractérisée lorsqu’à l’intérieur des pièces principales d’un logement d’habitation, fenêtres ouvertes ou fermées, le festival générera des émergences spectrales supérieures à 7 dB dans les bandes d’octaves 125 et 250 Hz et/ou supérieures à 5 dB dans les bandes d’octaves 500, 1000, 2000 et 4000 Hz.

Documents