Les expositions au bruit du trafic ferroviaire

Au sein de la zone dense francilienne, le bruit des circulations ferroviaires affecte une partie non négligeable du territoire. Toutefois, la population qui y est exposée est bien moindre que pour le bruit routier.

16% des habitants, soit 1,6 million de personnes, sont ainsi exposés à des niveaux supérieurs à 54 dB(A) selon l’indicateur Lden, considéré comme l’objectif de qualité à atteindre selon l’Organisation mondiale de la santé pour éviter les conséquences sanitaires du bruit ferré.

Environ 51 000 personnes, soit 0,5% de la population seraient en situation de dépassement des valeurs limites réglementaires selon l’indicateur Lden (73 dB(A) pour les lignes conventionnelles et 68 dB(A) pour les lignes à grande vitesse).

Durant la nuit, les niveaux de bruit ferroviaire diminuent le long des lignes de transport de voyageurs mais ils peuvent rester importants, notamment aux abords de certaines lignes accueillant un trafic de fret ferroviaire. Environ 82 600 personnes (soit 0,8% de la population métropolitaine) seraient ainsi en situation de dépassement des valeurs limites réglementaires selon l’indicateur Ln (65 dB(A) pour les lignes conventionnelles et 62 dB(A) pour les lignes à grande vitesse), ce qui est plus que pour l’indicateur Lden.

Résultats détaillés par agglomération

La Métropole du Grand Paris concentre la majorité des enjeux d’exposition au bruit ferré, avec de l’ordre de 62% des personnes qui sont en situation de dépassement des valeurs limites réglementaires. Les territoires les plus touchés par les nuisances sonores d’origine ferroviaire sont ainsi dans l’ordre décroissant les T5 (Boucle Nord de Seine), T9 (Grand Paris Grand Est), T10 (Paris Est Marne et Bois), T12 (Grand-Orly-Seine-Bièvre), T4 (Paris Ouest La Défense), T6 (Plaine Commune) et T3 (Grand Paris Seine Ouest). Il convient de noter que les dépassements des valeurs limites concernent plus de personnes la nuit que le jour.

Hors Métropole du Grand Paris, c’est la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise qui présente les proportions les plus élevées de personnes en situation de dépassement des valeurs limites en Lden (1,1%) et en Ln (1,8%), suivie ensuite par la communauté d’agglomération de Versailles Grand Parc (1,1% et 1,6%) et de Plaine Vallée (1,1% et 1,5%).

Statistiques d’exposition au bruit ferré par agglomération et par rapport aux valeurs de référence pour l’indicateur Lden

Statistiques d’exposition au bruit ferré par agglomération et par rapport aux valeurs de référence pour l’indicateur Ln

Accéder aux cartes et aux statistiques complètes d’exposition au bruit ferré au sein de la zone dense d’Île-de-France

DOCUMENTS
Voir les autres contenus de la section Exposition au bruit.