Un réseau de mesure, pourquoi, comment ?

Stations fixes pour la surveillance sur le long terme, campagnes moyen terme pour évaluer l’impact d’aménagements ou d'actions, mesures de court terme pour caractériser des environnements spécifiques, valider ou compléter les cartes de bruit, un réseau de mesure permet de s’adapter aux différents enjeux.

La mesure du bruit

Réalisée sur le terrain à l’aide d’un sonomètre ou d’une station automatique, la mesure permet d’analyser finement les variations du bruit au cours du temps, seconde après seconde.

Elle permet de calculer différents indicateurs et de mettre en évidence les cycles de variation du bruit au cours de la journée ou de la semaine, les évolutions des nuisances sonores au cours du temps, la distinction entre les niveaux de bruit de fond et les évènements ponctuels de type klaxons, passages d’avions, de trains ou de véhicules motorisés bruyants. Les résultats issus de la mesure permettent également de déterminer la contribution de chaque source de bruit en présence afin de permettre aux décideurs de mettre en œuvre les actions adaptées.

C:\Dropbox\Illustrations et texte pour Liaison spécial bruit\2. L'essentiel à savoir sur les sons et leur caractérisation\Mesure bruit (crédits Julie Bourges).jpg

Mesure du bruit à l’aide d’un sonomètre (crédits : Julie Bourges)

Les objectifs d’un réseau de mesure du bruit

Le développement d’un réseau de mesure du bruit répond à trois enjeux principaux.

C:\Dropbox\Illustrations pour Harmonica\p6\2014-11-26_190507.jpg

Enjeu de compréhension des phénomènes :

Enjeu d’évaluation des actions :

Enjeu d’information et de porter à connaissance :

La stratégie de surveillance et le dimensionnement du réseau

Le bruit est une pollution d’une nature particulière, qui revêt un caractère beaucoup plus localisé que la pollution de l’air par exemple. Les sources de bruit ont généralement un impact plus local, les niveaux mesurés décroissant rapidement en fonction de la distance à la source, et un rideau de bâtiments pouvant par exemple suffire à constituer une protection efficace contre une route à grande circulation. Seul le bruit du trafic aérien échappe en partie à cette spécificité.

Ainsi, l’implantation d’un réseau de mesure est une tâche particulièrement délicate en termes de stratégie de surveillance. Le nombre de points de mesure est certes dépendant de l’étendue du territoire mais il serait illusoire de couvrir un territoire, même restreint, d’un réseau de mesure exhaustif. L’approche alternative consiste donc à définir une sélection de sites qui doivent présenter une certaine représentativité territoriale et répondre à des objectifs précis tenant compte des enjeux du territoire.

Le travail de cartographie du bruit, réalisé dans le cadre de la mise en place de la directive européenne 2002/CE/49, constitue un préalable important à la définition de la stratégie de déploiement d’un réseau de mesure. L’analyse des cartes du bruit s’avère en effet être un bon point de départ pour hiérarchiser les enjeux en termes de contribution des différentes sources de bruit (trafic routier, ferroviaire, aérien, activités industrielles…) à l’exposition des populations.

La conduite de campagnes de mesures temporaires de grande envergure permet également de recueillir des informations permettant de compléter et d’affiner les analyses établies à l’aide des cartes de bruit, notamment concernant les autres sources de bruit potentielles (bruit lié à des comportements inciviques sur la voie publique, bruit des activités commerciales ou de loisirs par exemple).

A un niveau plus local, le travail de concertation avec les élus locaux, régionaux, les représentants institutionnels, les citoyens organisés ou non en associations permet également une remontée d’informations sur les situations nécessitant prioritairement une observation.

Enfin la stratégie de surveillance doit également s’alimenter des évolutions en matière d’aménagement du territoire (grands projets d’infrastructures, grandes opérations de renouvellement urbain, schéma directeur d’urbanisme…).

Fort de la collecte de toutes ces informations, de leur analyse, un plan d’implantation des secteurs visés pour l’installation de mesures peut être élaboré.

Différents types de mesure peuvent être mises en œuvre selon les objectifs poursuivis :

C:\Dropbox\Illustrations pour Harmonica\p7\long terme 2.JPG
C:\Dropbox\Illustrations pour Harmonica\p7\moyen terme.jpg
C:\Dropbox\Illustrations pour Harmonica\p7\court terme 4.jpg

L’exploitation d’un réseau de mesure

L’installation d’un réseau de mesure et son exploitation implique de rassembler des compétences très variées et transversales, qui peuvent être mobilisées, selon les cas, soit en interne, soit par l’intermédiaire de sous-traitances ou de partenariats extérieurs :

La gestion d’un réseau de mesure nécessite par ailleurs de travailler avec de multiples partenaires, comme les gestionnaires de transport afin de pouvoir disposer de données sur les trafics routier, ferroviaire et aérien, nécessaires à l’exploitation des mesures de bruit.

C:\Dropbox\Illustrations pour Harmonica\p11\exploitation des données.jpg
Documents