Synthèse des expositions au bruit des transports en Ile-de-France

Environ 1,5 million d'habitants, soit près de 15% de la population de la zone dense francilienne seraient potentiellement exposés à des niveaux de bruit en façade de leur habitation qui dépassent les valeurs limites réglementaires, toutes sources de bruit des transports confondues.

Le croisement des données des cartes stratégiques de bruit de 3ème échéance avec les données de population a permis de quantifier les enjeux d’exposition au bruit des transports, au sein de la zone dense francilienne constituée des 14 agglomérations compétentes pour la mise en œuvre de la directive européenne 2002/49/CE, ce qui représente en tout plus de 10 millions d’habitants.

Au sein de ce territoire, la population est fortement exposée au bruit des transports sur l’ensemble de la journée puisque 89,5% des habitants, soit près de 9 millions de personnes, sont exposés à des niveaux supérieurs à au moins une des valeurs recommandées par l’Organisation mondiale de la santé. Ils sont ainsi respectivement 85%, 16% et 15% à vivre dans des zones qui dépassent les valeurs recommandées pour le bruit routier, le bruit ferré ou le bruit aérien. Seuls 10,5% de la population de la zone dense francilienne vivent dans une zone potentiellement calme car préservée du bruit des transports.

Cette tendance se retrouve à travers le nombre de personnes qui subissent des niveaux de bruit excédant les valeurs limites réglementaires : près de 1,5 million d’habitants, soit 14,8% de la population, seraient ainsi exposés à des niveaux supérieurs à au moins une valeur limite pour l’indicateur Lden. Le trafic routier en est le principal responsable puisque 10,8% des habitants sont exposés à des niveaux de bruit routier excessifs. L’exposition au-delà des valeurs limites est moindre pour le bruit du trafic aérien et pour le bruit ferroviaire (respectivement 3,7% et 0,5%), mais ces deux types de nuisances ont des impacts sanitaires proportionnellement plus élevés du fait de leur caractère événementiel (succession de pics de bruit).

La nuit, les niveaux sonores générés par les transports diminuent. Toutefois, près de 87% de la population vit encore dans un logement exposé à un niveau de bruit extérieur dépassant l’un des objectifs nocturnes de qualité fixés par l’OMS et 510 900 habitants (soit 5,1% de la population) sont même concernés par des niveaux nocturnes qui dépassent l’une des valeurs limites réglementaires fixées pour les bruits routier ou ferré ou la valeur de 50 dB(A) qui peut être considérée comme critique, sur la période nocturne, pour le bruit aérien.

Résultats détaillés par agglomération

La Métropole du Grand Paris concentre l’essentiel des enjeux d’exposition au bruit des transports, toutes sources confondues, en dénombrant 71% et 74% des personnes qui sont en situation de dépassement des valeurs limites selon les indicateurs Lden et Ln respectivement. Les territoires T3 (Grand Paris Seine Ouest), T6 (Plaine Commune) et T12 (Grand Orly Seine Bièvre) apparaissent comme les territoires les plus exposés en proportion au sein de la Métropole du Grand Paris avec respectivement 26%, 23% et 22% de leur population exposée au dépassement d’une des valeurs limites pour l’indicateur Lden. En termes d’exposition nocturne au bruit, c’est le T12 (Grand Orly Seine Bièvre) qui arrive en tête avec 10% de sa population exposée au-delà d’une des valeurs considérées comme critiques.

Hors Métropole du Grand Paris, ce sont les agglomérations fortement concernées par les nuisances aéroportuaires qui présentent les proportions les plus élevées de personnes en situation de dépassement d’une des valeurs limites en Lden. Ainsi les deux agglomérations de Roissy-Pays de France et de Plaine Vallée comptent respectivement 57% et 39% de leur population en situation de dépassement. Vient ensuite la communauté d’agglomération de Versailles Grand Parc qui présente un taux de 13% du fait de sa forte exposition au bruit routier, juste devant la communauté d’agglomération Paris Saclay (12%) fortement exposée aux nuisances aéroportuaires de l’aéroport Paris-Orly.

Statistiques d’exposition au bruit, toutes sources des transports confondues, par agglomération et par rapport aux valeurs de référence pour l’indicateur Lden

Statistiques d’exposition au bruit, toutes sources des transports confondues, par agglomération et par rapport aux valeurs de référence pour l’indicateur Ln

Télécharger les cartes et les statistiques complètes d’exposition au bruit des transports au sein de la zone dense d’Île-de-France, toutes sources de transports confondues

DOCUMENTS
Voir les autres contenus de la section Exposition au bruit.