La modélisation

La modélisation est une méthode utilisée pour permettre d’estimer les niveaux générés par une source de bruit de manière plus large que la mesure ne le permet sur un territoire.

Elle permet ainsi de réaliser des cartographies du bruit, comme celles qui sont rendues obligatoires par la Directive européenne 2002/49/CE. Il s’agit également de la méthode privilégiée pour travailler en mode prospectif et tester des scenarii d’évolution du bruit en fonction de modifications apportées aux sources d’émission ou à la configuration des lieux (aménagements urbains, modifications de voirie…). Ainsi, des modélisations des situations avec et sans projet sont généralement réalisées et comparées entre elles afin de déterminer l’impact acoustique de la création ou de la modification d’une infrastructure, dans le cadre des dossiers d’étude d’impact environnemental.

La modélisation repose sur l’utilisation d’outils de calcul informatique permettant de décrire et de prendre en compte les principaux paramètres qui interviennent dans l’émission et la propagation du bruit dans l’environnement. Les cartes sont élaborées pour une source de bruit donnée : trafic routier, trafic ferroviaire, trafic aérien, industrie... Pour les établir, doivent être collectées de nombreuses données qui influencent l’émission du bruit et sa propagation : données sur les trafics ou le régime de fonctionnement, topographie, implantation du bâti, nature du sol, présence ou non de protections acoustiques…

Il est important que la modélisation soit accompagnée de réalisation de mesures in situ afin de vérifier la validité et la pertinence du modèle construit.

C:\Dropbox\Illustrations et texte pour Liaison spécial bruit\2. L'essentiel à savoir sur les sons et leur caractérisation\Carte de bruit (2) (crédits Bruitparif).jpg

Exemple de modélisation / cartographie du bruit

Si elles constituent un premier état des lieux, les cartes établies par modélisation ne peuvent toutefois pas être fidèles à ce qui se passe véritablement sur le terrain. En effet, celles-ci s’attachent généralement à documenter des situations moyennes qui ne permettent pas de retranscrire le caractère évènementiel de certains bruits et la gêne associée : phénomènes intempestifs ponctuels de type klaxons, passages de véhicules de secours, véhicules deux roues motorisés bruyants, livraisons, succession de pics de bruit lié au trafic aéronefs ou au trafic ferroviaire… La modélisation est rendue également délicate pour les rues de centres urbains denses où les vitesses de circulation ne sont pas bien établies (nombreuses accélérations / décélérations dues à la présence de feux tricolores ou de situations congestionnées…). Pour ces situations, il est préférable de disposer de mesures de bruit qui permettront de fournir des informations plus fiables et plus proches de la réalité des nuisances perçues par la population. A noter que des outils de modélisation validés permettent désormais, pour des projets de petite échelle, de prévoir de façon relativement fiable les signaux audio avec leur variation dans le temps en lien avec des variations des sources d’émission.