Contexte du projet SURVOL

La région Île-de-France accueille deux aéroports internationaux (Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly) et un aéroport pour voyages d’affaires (Paris-Le Bourget). Parmi les plus importants dans leur catégorie au niveau européen, ces trois aéroports, génèrent un nombre élevé de survols de la région (778 000 mouvements d’avions en 2018 - source : ADP).

Il existe une forte sensibilité des riverains du fait de la gêne occasionnée par les survols ainsi qu’une crainte quant à l’impact sur leur santé de l’exposition au bruit et à la pollution atmosphérique générée par l’activité des plateformes aéroportuaires.

Dans ce contexte, les premier et second plans régionaux santé environnement ont abouti à la mise en place du dispositif SURVOL. Bruitparif s’est vu confier la mise en œuvre du volet bruit et Airparif celle relative au volet qualité de l’air.

Aujourd’hui fonctionnel, le dispositif SURVOL permet la surveillance des nuisances sonores en temps réel ainsi que la modélisation quotidienne des niveaux de pollution atmosphérique autour des plateformes aéroportuaires. Dans le cadre du troisième plan régional santé environnement, un certain nombre d’actions complémentaires sont menées afin de pérenniser et de renforcer le dispositif de surveillance.

L’ensemble des données produites a vocation à contribuer à l’information de l’ensemble des parties prenantes, à faciliter les processus de concertation et à constituer un élément d’aide à la décision. Ce suivi fait ainsi notamment l’objet de restitutions et d’échanges périodiques dans le cadre des commissions consultatives de l’environnement des aéroports concernés.

Voir les autres contenus de la section Observatoire des zones aéroportuaires.