• English
  • Français


Actualités

Bilan des 4 premiers mois de suivi de l'environnement sonore suite à la fermeture de la voie sur berges rive droite

Bilan des 4 premiers mois de suivi de l'environnement sonore suite à la fermeture de la voie sur berges rive droite
Bruitparif - 18/01/2017
 
Depuis septembre 2016, sur décision de la ville de Paris, la voie Georges Pompidou est fermée à la circulation sur 3,3 km de l'entrée du tunnel sous les tuileries à la sortie du tunnel Henri IV.
 
4 mois après cette fermeture, Bruitparif dresse un premier bilan de l'impact de cette mesure sur l'environnement sonore.
 
Afin de suivre et d'analyser l'évolution de l'environnement sonore suite à la décision de piétonisation de la voie sur berges rive droite, Bruitparif a mis en place un dispositif spécifique conséquent sur une vaste zone couvrant les abords directs de la voie fermée à la circulation ainsi que les axes potentiellement impactés par les modifications induites de trafic à Paris et en petite couronne. Le dispositif repose sur la mise en œuvre de mesures de bruit sur 86 sites (49 sites sur Paris et 37 en périphérie) ainsi que sur la réalisation de modélisations du bruit sur les secteurs où les modifications de trafic sont constatées comme les plus importantes. L'ensemble des données produites et des analyses sont rendues accessibles au sein d'une plateforme dédiée au suivi : http://vsb.bruitparif.fr
 
Des premières analyses peuvent être produites 4 mois après le démarrage du suivi :
 
Une hausse des niveaux sonores, notamment la nuit, sur les quais hauts rive droite
 
C'est ce qui a pu être constaté suite aux mesures réalisées par Bruitparif en novembre 2016 sur les quais hauts rive droite et à leur comparaison avec les mesures réalisées, un an auparavant, aux mêmes emplacements dans le cadre du dossier d’étude d’impact.
 
Une tendance globale à l’augmentation du niveau sonore sur les quais hauts suite à la fermeture de la voie sur berges a été observée, et ce, notamment la nuit où les augmentations mesurées vont de 1,9 à 3,4 dB(A), ce qui correspond à des augmentations importantes de bruit lorsque l’on sait qu’une évolution de 3 dB(A) correspond à un doublement de l’énergie sonore. Les modifications observées pour la période nocturne sur trois des sites (40 quai Henri IV, quai de la Mégisserie et quai de Gesvres) peuvent en outre être considérées comme significatives au sens de la réglementation, celles-ci étant supérieures à +2 dB(A). Sur la période diurne (6-22h), les niveaux augmentent aussi mais les variations sont moindres (comprises entre +0,5 et +2,5 dB(A)) que pour la nuit et dépendent davantage de la survenue d’événements intempestifs de type klaxons, sirènes, 2 roues motorisés particulièrement bruyants, qui ont eu tendance à s’accroître en raison de conditions de circulations plus congestionnées, notamment aux heures de pointe du matin.
 
Seul le point situé au bout du quai Henri IV vers le boulevard Bourdon indique une tendance à la diminution des niveaux sonores, du moins en période diurne où une baisse de l’ordre de -0,5 dB(A) est observée. Ceci s’explique par la configuration du lieu puisqu’à cet endroit la voie Georges Pompidou est  proche de celle du quai Henri IV puisque les deux axes se rejoignent pour déboucher sur la voie Mazas.
 
Le rapport complet d’analyse de ces mesures est téléchargeable au sein de la rubrique « Documents » de la plateforme http://vsb.bruitparif.fr/
 
Des cartographies des évolutions sonores induites
 
Des modélisations de la contribution sonore générée par le trafic des quais hauts et de la voie sur berges rive droite ont également été réalisées par Bruitparif pour les situations avant (novembre 2015) et après (novembre 2016) la fermeture de la voie sure berges rive droite.
 
Ceci a permis de cartographier l’impact sonore de cette fermeture sur le secteur directement impacté par les modifications de trafic induites sur ces axes. Les cartographies ont été produites à 1,5 mètres de hauteur du sol ainsi qu’à 2 mètres en avant des façades des bâtiments riverains, permettant de générer des vues 2D et 3D des évolutions.
 
L’analyse des résultats issus de la modélisation a conforté les constats faits à l’issue de l’exploitation des mesures, à savoir une augmentation du bruit au niveau des quais hauts rive droite, cette augmentation étant plus marquée sur la période nocturne.
 
Les zones les plus impactées (augmentation nocturne pouvant atteindre 3 à 4 dB(A)) sont situées au droit du Louvre ainsi qu’entre le boulevard Henri IV et le boulevard Bourdon, car il y a un report d’une partie du trafic initialement en tunnel sur une voie aérienne sur ces secteurs.
 
Sur une grande partie des quais hauts rive droite, l’augmentation nocturne de la contribution sonore peut être considérée comme significative, au sens de la réglementation (augmentation de plus de 2 dB(A)). Cela concerne les bâtiments d’habitation qui donnent sur les quais et qui sont situés entre le Louvre et la Place du Châtelet, entre le Pont Louis Philippe et le Pont Marie, et entre le boulevard Henri IV et le boulevard Bourdon.
 
Les cartographies produites ont permis en outre de compléter l’analyse et de l’étendre au secteur des berges désormais fermées à la circulation ainsi qu’aux îles Saint Louis et de la Cité.
 
Sur ces secteurs, il est observé une diminution de la contribution sonore qui se matérialise par :
 
- une baisse de l’ordre de 10 dB(A) des niveaux sonores sur les berges rive droite (à l’exception des parties situées en contrebas du Louvre et entre le Boulevard Henri IV et le boulevard Bourdon où la tendance est à la dégradation du niveau sonore, du fait du report du trafic initialement en tunnel sur les quais hauts) ;
 
- une diminution de l’ordre de 2 à 4 dB(A) en façade des premiers bâtiments situés de l’autre côté de la Seine au niveau des îles Saint-Louis et de la Cité.
 
Le rapport complet présentant les résultats de ces modélisations et cartographies est téléchargeable au sein de la rubrique « Documents » de la plateforme http://vsb.bruitparif.fr/
 
Des analyses bientôt disponibles pour l'ensemble des sites de mesure du dispositif
 
Une grande campagne de mesure hivernale s'est déroulée entre début novembre et la mi-décembre 2016 sur l'ensemble des sites prévus au dispositif. Les analyses détaillées des résultats sont en cours et seront publiées prochainement.
 
Pour chaque période (jour 6-22h, nuit 22-6h et total jour) et pour chaque type de jour (jour ouvrable, week-end, tous les jours confondus), plusieurs indicateurs de bruit ont d'ores et déjà pu être calculés :
- le niveau sonore moyen en LAeq
- la contribution en énergie sonore des pics de bruit (de type klaxons, sirènes, deux-roues motorisés bruyants)
- la durée cumulée d’apparition de ces pics de bruit sur la période.
 
Les résultats de ces indicateurs sont accessibles au sein de la plateforme via le lien http://vsb.bruitparif.fr/vsb-campagne.
 
Il reste toutefois nécessaire de mener un travail approfondi de croisement des données avec les évolutions constatées des conditions de circulations afin de pouvoir identifer quels sites sont susceptibles d'avoir vu leur environnement sonore modifié de manière indirecte par la fermeture de la voie sur berges rive droite.
 
 
 
 
Retenez la date du 24 avril 2017
Evénement - 14/04/2017
La Commission européenne organise une grande...
Présentation des cartes stratégiques du bruit du Grand Paris
Bruitparif - 30/03/2017
Patrick Ollier, Président de la Métropole du...