• English
  • Français


Actualités

Impacts sanitaires du bruit des transports au sein de l'agglomération parisienne

Impacts sanitaires du bruit des transports au sein de l'agglomération parisienne
- 07/09/2015
Afin de quantifier les impacts sanitaires du bruit des transports au sein de l'agglomération parisienne, l'Observatoire régional de santé Île-de-France et Bruitparif se sont appuyés sur la méthode de quantification des DALY (disability-adjusted life-years) proposée par l’OMS. Celle-ci permet d’évaluer la charge de morbidité au moyen de l’indicateur quantitatif des « années de vie en bonne santé perdues ».
En utilisant les données disponibles à la commune (tant pour l’exposition au bruit que pour les indicateurs sanitaires) et en appliquant la méthode proposée par l’OMS*, les équipes ont obtenu une première estimation a minima des impacts sanitaires du bruit environnemental lié aux transports.
 
Au total, de l’ordre de 75 000 années de vie en bonne santé seraient perdues chaque année dans l’agglomération parisienne. Le principal effet sanitaire de l’exposition au bruit environnemental correspond aux troubles du sommeil, qui représente à lui seul plus de 44 000 DALY, soit 59% des années perdues. La gêne est le deuxième effet sanitaire avec près de 30 000 années de bonne santé perdues.
 
Le bruit routier constitue la principale source de morbidité. En effet, en totalisant 63 000 DALY, le bruit routier concentre à lui seul 84 % des estimations de pertes d’année de vie en bonne santé dans l’agglomération parisienne. Il faut néanmoins prendre avec précaution les évaluations faites quant au bruit aérien (qui ne représente que 7% des DALY), l’utilisation de l’indicateur Lden ne suffisant pas à retranscrire à lui seul l’exposition de la population à des sources de bruit présentant un caractère évènementiel tel que le trafic aérien.
 
L'étude a permis également d'estimer le désagrément causé à un individu moyen du fait de son niveau d'exposition chronique au bruit des transports au cours de sa vie. Les évaluation réalisées donnent une valeur statistique de 7,3 mois en moyenne par individu, cette valeur pouvant atteindre de l'ordre de deux ans pour les personnes les plus fortement exposées au bruit des transports.
 
A noter que ces estimations des années de vie en bonne santé perdues du fait du bruit reposent sur l’utilisation de données d’exposition consolidées par Bruitparif à partir des premières cartographies du bruit produites par les quelque 209 collectivités autorités compétentes de l'agglomération parisienne, en application de la directive européenne 2002/49/CE. Ces données doivent réglementairement être mises à jour tous les cinq ans. Grâce aux travaux en cours dans le cadre du projet de cartographie régionale, il devrait être possible d'améliorer la cohérence et la qualité des données d'exposition au bruit d'ici 2017, ce qui permettra de produire, à cet horizon, une nouvelle évaluation des DALY qui tiendra compte également des avancées en termes de connaissances épidémiologiques obtenues d'ici-là.

* Burden of disease from environmental noise - Quantification of healthy life years lost in Europe, WHO 2011 / Charge de morbidité imputable au bruit environnemental : quantification du nombre d’années de vie en bonne santé perdues en Europe, publié le 30 mars 2011.
* T. Hellmuth, T. Classen, R. Kim, S. Kephalopoulos, " Methodological guidance for estimating the burden of disease from environmental noise ", WHO Regional Office for Europe (2012).
 
Accéder au Francilophone n°20 consacré à la présentation des résultats de l'étude
Accéder au rapport d'étude
Baisse des vitesses limite sur certains axes en Île-de-France
En direct - 20/06/2016
En Île-de-France, à partir du 4 juillet 2016, 46...
Coût social du bruit en Île-de-France : plus de 16 milliards d'euros par an
Étude - 17/06/2016
Alors que le Conseil national du bruit (CNB) et l’Ademe...
De nouveaux membres au sein de Bruitparif
Bruitparif - 17/06/2016
Lors de son Assemblée générale du 15 juin...